10 questions pour Jessica Saint Georges

Miss Legacy International est un concours de beauté créé en 2015.  Ce concours se veut être une plate-forme pour le développement et l’épanouissement de la jeunesse grâce aux efforts conjoints de femmes du monde entier.

Photo: Georges J. Charles

Pour l’édition de 2016, Jessica Saint Georges nous représentera à Jamaïque.  Mais avant, faisons un peu connaissance avec elle.

Jessica Saint Georges, parle-nous un peu de toi?

J’ai 22 ans.  Je suis infirmière auxiliaire.  Pour le moment j’ai repris mes études pour devenir infirmière autorisée.  Je suis née à Boston dans le Massachussetts mais j’ai grandi et j’habite toujours à Lancaster en Pennsylvanie.

Tu parles souvent de ta passion pour la dance.  Quels types de danses pratiques-tu ?  D’où vient cette passion ?

Je danse surtout du Hip-Hop, mais j’aime le combiner à des danses diverses, au reggaeton, etc.  J’aime apprendre les différentes danses du monde.  La musique en générale m’apaise et me rend heureuse.  Quand je danse, je me sens libre.  Je suis capable de communiquer et de montrer ma personnalité en dansant.  La danse sera toujours une passion pour moi.

Le 27 janvier, tu vas représenter Haïti à la Jamaïque entant que Miss Haiti Legacy. Peux-tu nous dire quel genre de concours de beauté est Miss Legacy ?

Miss Legacy International est une organisation à but non lucratif.  Au travers des concours de beauté, il utilise sa tribune  pour secouer la conscience sociale et celle de l’humanité.  Plusieurs pays comme Haïti, Jamaïque, Japon, Guyane, Trinidad et Tobago, etc. vont participer pour remporter la couronne de Miss Legacy International 2016.

 Est-ce ton premier concours ?

Non. En fait c’est mon troisième concours.  J’ai participé à Miss Haïti International 2014 qui a eu lieu à Chicago où j’ai remporté le titre de 3e dauphine.  J’ai encore participé en 2015 à New York et j’ai été 2e dauphine.  Dans les deux j’y ai participé entant que Miss Léogâne International 2014 et 2015

 Pourquoi entant que Miss Léogâne ? Y es-tu déjà allé ?

C’est la région que j’ai voulu représenter quand je participais à Miss Haïti International.  C’est de là que sont originaires ma mère et sa famille.  J’ai visité Haïti pour la première fois quand j’avais 6 ans.  De retour aux États-Unis j’ai refusé de parler anglais !  A l’école, je répondais en créole aux professeurs.  Finalement je suis retourné en Haïti quand j’avais 7 ans et j’y ai passé une année entière.  J’ai été scolarisé à The Morning Star Christian Academy.  Je vais en Haïti chaque année et des fois 2 ou 3 fois par an.  Je veux rester connecter à mes racines.

 Tu as une fondation. De quoi s’agit-il ?

Ma fondation se nomme NOSA (NO Sexual Abuse).  Elle a été fondée pour attirer l’attention sur les abus sexuels sur les enfants.  Entant qu’Haïtiens nous savons à quel point nos familles sont strictes. Généralement on n’y parle pas de sexualité.  On est plutôt habitué à entendre cette fameuse phrase : “Tifi ak ti gason se gasoline ak alimèt”.  Souvent les enfants abusés ont peur d’en parler à leurs parents parce qu’ils redoutent que leurs parents ne les croiront pas.  Ma fondation crée aussi des événements spéciaux comme “Back to School Haiti” (Retour des Classes Haiti)   qui a eu lieu en aout dernier pour distribuer des articles scolaires en Haïti.  Nous avons aussi “Christmas in Haiti” (Noel en Haïti) où nous distribuons des cadeaux aux garçons et aux filles tout en leur offrant un repas de Noel à eux et à leur famille.

Pourquoi tu as choisis de militer pour les enfants victimes d’abus sexuels ?

Parce que j’ai moi-même été une victime.  Mon désir est d’aider le plus d’enfants que possible.  Les statistiques montrent qu’en Haïti, 7 filles sur 10 seront victimes d’abus sexuel avant l’âge de 16 ans.  C’est pour ces enfants-là que je me bats.  Ils ont besoin d’aide pour s’affirmer.

Comment ta fondation prend-elle en main ces enfants et les aide à devenir des adultes équilibrés ?

Ma Fondation enseigne à ces enfants que leur vie ne résume pas à ce qui leur est arrivé dans le passé.  Ils peuvent devenir ce qu’ils veulent dans la vie.  C’est pourquoi j’ai choisi de participer dans les concours de beauté. Je suis l’exemple pour mes enfants dans ma fondation et je veux qu’ils sachent que j’ai pu transformer quelque chose de mauvais du passé en une chose positive qui m’aide maintenant à aider des centaines d’autres enfants.

 Si tu es élue « Miss Legacy International 2016 » qu’est-ce que ce titre t’aidera a réalisé ?

En ce qui attrait à aider les autres et réveiller les consciences sur l’abus sexuel des enfants, j’ai beaucoup de projets que j’aimerais réaliser.  Ce sont des projets que j’aimerais concrétiser dans les prochaines années à venir.  Ce serait merveilleux de remporter le titre de Miss Legacy International 2016.  Mais ce ne devrait pas être la raison pour laquelle je veux me mettre au service d’autrui.  Gagnante ou perdante, je continuerai à poursuivre mon but et à servir ceux qui sont dans le besoin.

 Un message pour les enfants de ta fondation ?

J’aimerai dire aux enfants de ma fondation qu’ils doivent toujours rester constants, sur d’eux-mêmes et affamés de réussite.  Pour le moment, les choses peuvent sembler sans issus, mais avec de la persévérance et beaucoup de confiance en soi, vous pourrez aller loin.  Vous arriverez là où vous n’aviez jamais imaginé pouvoir atteindre.  Ne vous contentez pas d’être ”le petit garçon ou la petite fille d’Haïti”.  Devenez le multi businessman d’Haïti.  Devenez le top Chef d’Haïti.  Vous pourrez y arriver.